Sur les traces de l’art pariétal [en]

Le paléontologue Jean-Michel Geneste, spécialiste des grottes de Lascaux et Chauvet, a donné à Vancouver et Victoria une série de conférences sur l’art pariétal. Ancien Directeur du Centre national de préhistoire et Directeur des recherches archéologiques de la grotte de Lascaux, il dirige depuis 2001 l’équipe scientifique de la grotte Chauvet-Pont d’Arc.

JPEG - 261.9 ko
© JM Geneste

Il y a 36 000 années, à l’époque des premiers dessins au charbon de bois de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, soit environ 15 000 ans avant Lascaux, l’Homme biologiquement moderne, autrement nommé « Homme de Cro-Magnon », fraîchement installé en Europe, manipule et transforme en objets de parure, représentations figuratives animales et humaines des matériaux naturels tels que des colorants minéraux, des coquilles, des matières osseuses et des roches dures.

JPEG - 284.8 ko
Une des nombreuses parois de la grotte Chauvet © JM Geneste

Ces représentations figuratives au sein de grottes constituent ce que les préhistoriens nomment art pariétal. Elles servaient de toute première forme de communication. Les hommes par ce biais échangeaient leurs idées, partageaient leurs observations du monde et faisaient part de leur existence en son sein. L’intérieur de ces grottes donne une idée de la puissance artistique, technologique et spirituelle de ces peuples anciens.
Située en Ardèche, la grotte Chauvet-Pont d’Arc abrite les œuvres d’art pariétal paléolithique les plus anciennes jamais encore découvertes en Europe.

JPEG - 357 ko
Paroi du cheval gravé, grotte Chauvet © JM Geneste

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, la grotte Chauvet-Pont d’Arc est en effet tout à fait unique en son genre : des dessins de teinte rouge, d’autres au charbon de bois, des empreintes et peintures de mains, ainsi que des gravures agissent comme un instantané d’une pensée fossile miraculeusement préservée.

Dû à son extrême fragilité, la grotte Chauvet n’est pas ouverte au public. Seulement quelques archéologues et chercheurs de renom ont pu y pénétrer. Un fac-similé de la grotte vient d’ouvrir en avril 2015 à seulement quelques kilomètres de la caverne originelle.
Fidèle au millimètre, cette réplique reproduit à l’identique les 1 000 dessins de la Caverne du Pont d’Arc qui représentent plus de 425 figures animales de 14 espèces différentes, (ours des cavernes, rhinocéros laineux, félins, panthère, hibou..).

En visite d’études en Colombie-Britannique, l’archéologue et préhistorien Jean-Michel Geneste est venu ainsi témoigner de la préciosité de ce patrimoine préhistorique, en a exposé toute sa symbolique et a partagé les enjeux qui ont marqué la réalisation du fac-similé. Les 2 conférences ont fait salle comble.

Présence médiatique

JPEG A (ré)écouter sur ICI Radio-Canada : Conférences de Jean-Michel Geneste sur l’art rupestre

A lire l’entrevue de Jean-Michel Geneste dans le Georgia Straight : Museum of Anthropology will host French paleontologist who studies the world’s oldest cave paintings

Biographie du conférencier

JPEG

Jean-Michel Geneste est Conservateur général du patrimoine et directeur du Centre national de la Préhistoire jusqu’en 2014. C’est en France le seul laboratoire exclusivement dédié aux études scientifiques des sites d’art rupestre.

Conservateur puis directeur des recherches de la grotte de Lascaux, il s’est depuis plus de deux décennies attaché à l’étude archéologique des grottes ornées. Il dirige le programme d’étude pluridisciplinaire de la grotte Chauvet-Pont d’Arc qui rassemble une cinquantaine de chercheurs d’origine internationale.

Jean-Michel Geneste a coordonné de nombreux programmes de recherches préhistoriques en France, en Ukraine, en Afrique du sud, en Papouasie Nouvelle-Guinée et en Australie. Outre de très nombreux articles et ouvrages scientifiques il a dirigé l’édition d’ouvrages sur le Paléolithique et l’art rupestre, publié récemment Lascaux une œuvre de mémoire (Fanlac, 2003), Lascaux (Gallimard, 2012).

Depuis une quinzaine d’années il s’attache à la médiation de la préhistoire par le biais de l’audiovisuel et des nouvelles technologies. Il est à l’origine des programmes de numérisation 3D des grottes de Lascaux et de Chauvet. Il a apporté sa contribution à plusieurs centaines de documentaires scientifiques et de films, dont celui réalisé par Werner Herzog « La Grotte des rêves perdus » et qui sera projeté en intégralité au Musée d’anthropologie de Vancouver (le 13 septembre, à 15 heures).

Grâce au partenariat :
JPEG

En pratique

Conférence "Predator and Prey, the art of Chauvet" par Jean-Michel Geneste
A VICTORIA
11 septembre 2015, 19 heures
Royal BC Museum
Clifford Carl Hall, 675 Belleville St, Victoria
Entrée libre, sur réservation

A VANCOUVER
13 septembre 2015, 18 heures
Musée d’anthropologie de Vancouver (MOA)
6393 NW Marine Dr, Vancouver
Entrée libre, sur réservation
La conférence sera suivie d’une réception au MOA.

Projection publique du film « La Grotte des rêves perdus » de Werner Herzog
13 septembre 2015, 15 heures
MOA
Entrée libre sur billet d’accès au musée

Détails de la journée du 13 septembre sur le site du MOA ICI

JPEG

[PDF]

PDF - 1.1 Mo
(PDF - 1.1 Mo)

Dernière modification : 06/06/2016

Haut de page