Remise de l’Ordre du mérite au juge de la Cour suprême de Colombie-Britannique Patrice Abrioux

Le 25 juin 2014, l’Honorable Patrice Abrioux, juge à la Cour suprême de la Colombie-Britannique, recevait les insignes de l’Ordre du Mérite à Vancouver devant un parterre d’une trentaine d’invités, proches, amis et membres du Consulat.

Une implantation de longue date en Colombie-Britannique

Monsieur le juge Abrioux a obtenu un baccalauréat ès arts (B.A.) à l’Université de Victoria en 1976 et un baccalauréat en droit (LL.B.) à l’Université McGill en 1980. Il a été reçu au Barreau de la Colombie-Britannique en 1981.

Le Droit, sa vocation

Associé au sein du cabinet Quinlan Abrioux, Barristers and Solicitors depuis 1998, il a collaboré au sein des cabinets Fraser, Quinlan and Abrioux de 1993 à 1998 et Ferguson Gifford de 1987 à 1993. Il a également exercé le droit au sein du cabinet Fraser Gifford (anciennement Fraser Hyndman) de 1981 à 1987.

Au-delà de ses fonctions d’avocat, le juge Abrioux a rempli différentes missions à la Commission de réforme du droit de la Colombie-Britannique et à la Section de l’assurance de l’Association du Barreau canadien, Division de la Colombie-Britannique, de 1985 à 1988.
Il a été conférencier à la British Columbia Continuing Legal Education et à l’Association canadienne des avocats de la défense. Il a aussi été membre à différents titres du Conseil d’administration et du Conseil de fiduciaires de la St. George’s School Foundation de 1999 à 2010.

Ses principaux domaines de pratique étaient le contentieux général, notamment les affaires comportant des préjudices corporels, les affaires de négligence, le droit des assurances, le droit commercial et le droit immobilier.

En septembre 2011, il a été nommé juge à la Cour suprême de Colombie-Britannique.

Un engagement pour la francophonie

Monsieur le juge Abrioux est membre de la Fédération des francophones de la Colombie Britannique depuis 1996. Il a été vice-président et membre du Conseil d’administration de la Fondation André Piolat de 1987 à 1991 et membre du conseil d’administration de la Chambre de commerce francophone de la Colombie-Britannique de 1985 à 1989.

Il a également été pendant 18 ans l’avocat conseil du Consulat général de France à Vancouver.

C’est pour cet engagement infaillible et les multiples services rendus à la communauté francophone que la France a décidé de lui remettre les insignes de l’Ordre du Mérite.
La médaille lui a été remise par le chevalier de la Légion d’Honneur, le Professeur Dr. Jean-Michel Poutissou, directeur du laboratoire international de recherche canadien Triumph.

Ordre national du mérite
JPEG Créé par le Général de Gaulle en 1963, l’Ordre national du mérite récompense les mérites distingués, militaires ou civils, rendus à la nation française.
L’insigne, qui fut créé par le sculpteur-médailleur français Max Leognany, est une étoile à six branches doubles, émaillées de bleu, en argent pour les chevaliers, en vermeil pour les officiers. Le centre de l’étoile est entouré de feuilles de laurier entrecroisées et représente l’effigie de la République, entourée d’un cercle portant les mots : République française. Elle est surmontée d’une couronne d’attache de feuilles de chêne entrecroisées, en argent pour les chevaliers, en vermeil pour les officiers. Le revers porte deux drapeaux tricolores entrecroisés, entourés d’un cercle portant l’inscription : Ordre national du Mérite et la date de fondation de l’ordre : 3 décembre 1963. L’insigne est suspendu à un ruban en moire bleu de France.

Dernière modification : 28/06/2017

Haut de page