Message de départ du consul général M. Fleury

Chers compatriotes,

C’est avec regret que je quitte cette semaine la « belle Colombie-Britannique » après 4 ans d’intense activité au service de votre communauté et de la France. La COP21 aura constitué une part importante de notre action d’influence et comme je l’ai souvent dit dans mes discours, ce fut un plaisir de travailler dans une ville –Vancouver – deux provinces et un territoire – la Colombie-Britannique, et après les élections provinciales, l’Alberta et le Yukon - et un pays – le Canada de Justin Trudeau - qui ne croient pas que le réchauffement climatique est une « conspiration socialiste » pour reprendre les termes d’un ancien Premier ministre (ou chinoise, selon une version plus récente…) !

Si vous vous interrogez sur ce qui a été fait depuis 2013, voici un bilan succinct :

  • nous avons organisé la première visite d’Etat d’un Président de la République dans l’ouest du Canada (Alberta) depuis l’existence de la fédération canadienne ;
  • nous sommes le premier consulat à avoir conclu des accords avec la Colombie-Britannique sur la reconnaissance des qualifications professionnelles et en matière éducative :
  • nous avons pu obtenir la création d’un poste de consul général adjoint parlant le mandarin compte tenu de l’importance touristique et économique grandissante de cette communauté ;
  • nous avons pu nommer un nombre record de consuls honoraires dans les 5 provinces et territoires de l’ouest canadien depuis l’ouverture du consulat général en 1896 ;
  • nous avons été capables de doubler le nombre de visas délivrés en trois ans, à effectif constant ;
  • nous sommes le premier consulat français en Amérique du Nord à s’être doté d’un véhicule 100% électrique ;
  • nous avons été les premiers à obtenir des mécènes pour l’organisation du 14 juillet ;
  • nous avons doté les chefs d’ilots de téléphones satellites pour être utilisés pour vous contacter en cas de séisme ;
  • nous avons enfin triplé le nombre de bureaux de vote pour les élections 2017.

Certains Français se plaignent parfois de la qualité de service. Mais outre le fait que les passeports français sont biométriques et deux fois moins chers que les Canadiens, que nos actes d’état civil sont gratuits, je constate que ceux qui manifestent leur mécontentement sont presque toujours des non-inscrits, et ils représentent deux Français sur trois dans l’ouest du Canada : si vous êtes dans ce cas et lisez ces lignes, je vous suggère de prendre ce qui suit en considération : compléter une demande de passeport prend deux fois plus de temps si vous n’êtes pas inscrit, car toutes vos informations personnelles doivent être saisies sur place, avec de surcroît des risques d’erreur : ainsi, non seulement vous vous pénalisez vous-même, mais vous pénalisez ceux qui ont fait l’effort de s’inscrire et qui attendent leur tour dans la salle d’attente. La non-inscription donne aussi l’impression à Paris que l’ouest du Canada est une petite communauté de moins de 10 000 âmes, alors qu’en réalité, elle approche sans doute les 30 000. Or, seule l’inscription fait foi, de même que seul le vote permet l’élection, et pas les sondages d’opinion et encore moins l’abstention … Aujourd’hui, s’inscrire au consulat, c’est simple et on peut le faire de chez soi, en ligne, sur service-public.fr. Aidez-vous et le ciel vous aidera.

Inscrits ou non, je vous souhaite le meilleur dans votre vie au Canada, qu’elle soit temporaire ou permanente et je laisse le soin à mon successeur, qui prend ses fonctions le 1er septembre, de poursuivre les efforts accomplis par mes prédécesseurs et moi-même.

Jean-Christophe Fleury,
Consul général de France

Dernière modification : 01/09/2017

Haut de page