La visite pan-canadienne du Président de la République française

« Je suis venu pour connaître tout le Canada. » C’est en ces termes que la visite d’État du Président de la République François Hollande au Canada a débuté à Banff dans la province de l’Alberta, fief électoral du Premier ministre Stephen Harper, le 2 novembre 2014.

Commencer la visite d’État par l’Alberta est sans précédent dans l’histoire des relations bilatérales entre la France et le Canada. Elle marque une nouvelle étape, pour le développement de relations de coopération régulières et durables avec l’ensemble des provinces canadiennes.
Avec plus de 230 000 Albertains francophones, la France a exprimé le souhait de contribuer à mettre en valeur les richesses de l’Ouest canadien.

[REPORTAGE] Visite d’État au Canada, Calgary-Banff

L’occasion a d’ailleurs été donnée pour le président François Hollande de rencontrer deux des premiers ministres de l’Ouest canadien, à savoir Jim Prentice, Premier ministre de l’Alberta, et Bob McLeod, Premier ministre des Territoires du Nord-Ouest.

En parallèle, des tables-rondes présidées par la Ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche Mme Najat Vallaud-Belkacem ont permis aux délégations françaises et canadiennes de discuter des enjeux liés à l’éducation d’une part et à la recherche/innovation d’autre part.

Accroître les partenariats économiques

En Alberta, le potentiel économique de la province intéresse les entreprises françaises. La croissance de la province attire plus de 100 000 immigrants chaque année selon le Premier ministre Jim Prentice. Présentement les professionnels les plus demandés sont les ingénieurs et les artisans de la construction.

Les Territoires du Nord-Ouest disposent d’importantes ressources naturelles, y compris de diamant, dont ils sont le 3ème exportateur mondial.

Favoriser les échanges de savoirs et de main-d’œuvre

Augmenter les échanges universitaires fait partie des priorités de la coopération entre le Canada et la France. Le chef de l’État français s’est exprimé dans ce sens, à commencer dans le domaine agro-alimentaire.

Une lettre d’intention a par ailleurs été signée entre le Secrétaire d’État au Commerce extérieur et le ministre de l’Agriculture de l’Alberta.

En matière d’éducation, des initiatives telles que celles établies entre l’Académie de Besançon et le Calgary Board of Education ou encore l’Académie de Caen et le Manitoba ont été saluées. Des pistes supplémentaires de coopération ont été explorées.

Concernant la recherche et l’innovation, un MoU entre le CECR (Centre d’Excellence en Commercialisation de la Recherche) TECTERRA en Alberta et la SATT (Société d’Accélération de Transfert de Technologie) AxLR à Montpellier a été signé. Il s’agit du premier accord de ce genre en matière de transfert de technologie entre la France et le Canada.

Le chef de l’État français a appuyé son engagement pour davantage de mobilité de la main-d’œuvre, notamment au travers de la reconnaissance des qualifications professionnelles.

S’allier sur les dossiers de politique internationale

Suite aux attaques perpétrées seulement quelques jours avant la visite présidentielle à Ottawa, le chef de l’État français a souligné le devoir d’« agir ensemble » pour lutter contre la menace terroriste.

En vue de la 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris en 2015, le Président de la République a longuement évoqué l’enjeu du climat, le réchauffement de notre planète qui constitue un risque pour l’humanité toute entière :
« Au-delà de ce qui peut parfois nous différencier parce que nous n’avons pas forcément les mêmes intérêts, je sais que nous partageons les mêmes préoccupations et que nous agirons ensemble pour que la Conférence sur le climat qui se tiendra à Paris, à la fin de l’année 2015, puisse être un succès ».

JPEG

Dernière modification : 28/06/2017

Haut de page