Expo : A la recherche du temps perdu

Dans son premier livre, "Le cahier des morts minuscules" éditions Yellow Now, cette Professeur de dessin et de morphologie aux beaux-Arts de Paris,Valérie Sonnier, contait les rencontres successives d’un jouet, un camion... allégorie de la vie qui s’écoule. "Très curieusement, ce camion a commencé à m’inspirer lors de ma venue en 1993 à Vancouver [programme d’échanges alors qu’elle était étudiante aux Beaux-Arts]", s’épanche-t-elle.

Si à cette époque elle fait la connaissance de Jeff Wall, le créateur contemporain vancouvérois, elle se décrit plutôt comme appartenant à la même famille artistique qu’Annette Messager ou à celle de Jean Le Gac.
Le dessin grand format (2,10 m x 1,25 m) qu’elle expose à la galerie Unit Pitt de Vancouver évoque sa maison d’enfance, située à Versailles, près de Paris dont la famille était locataire. Si l’on y regarde de près, cette demeure du siècle abrite des fantômes... ceux de l’artiste, peut-être les nôtres aussi.

Quant au film diffusé en boucle, il est tourné dans sa maison d’enfance. Héritage, transmission, passage, temps suspendu, fantômes, l’oeuvre de Valérie Sonnier évoque tout ça à la fois. Et pourrait se résumer ainsi : nous sommes tous habités par les fantômes et les objets de notre enfance. Bref, pour elle, avec le temps rien ne s’en va.

Lieu : Unit Pitt Projects - 15 East Pender Street, Vancouver.
Dates : du 07 septembre au 06 octobre 2012

JPEG

Valérie Sonnier, artiste multimédia

JPEG
JPEG

Dernière modification : 22/10/2012

Haut de page