Déclarations du porte-parole adjoint - 10 octobre 2013

Au point de presse du 10 octobre 2013, le porte-parole adjoint a fait les déclarations et a répondu à la question suivante :

1 - Ghana - Entretien de Laurent Fabius avec son homologue ghanéenne, Mme Hannah Tetteh (10 octobre)

M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, reçoit aujourd’hui son homologue ghanéenne, Mme Hannah Tetteh. Cet entretien fait suite à la visite officielle du Président M. John Dramani Mahama en France en mai dernier.

Au cours de leur entretien, les ministres aborderont les questions de sécurité et les questions régionales, dans la perspective du sommet de l’Élysée de décembre sur la paix et la sécurité en Afrique. Ils évoqueront également la coopération bilatérale, récemment renforcée par la signature d’un document cadre de partenariat, et les échanges économiques.

La première session de dialogue politique franco-ghanéen se tiendra à Paris le 24 octobre.

2 - Journée mondiale contre la peine de mort (10 octobre 2013)

À l’occasion de la onzième journée mondiale contre la peine de mort, la France réaffirme son engagement déterminé et constant en faveur de l’abolition universelle de ce châtiment cruel et inhumain.

M. Laurent Fabius s’est exprimé à 11h30 à l’Assemblée nationale, lors du premier séminaire sur la peine de mort réunissant des parlementaires de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient. Cet événement était organisé conjointement avec l’Assemblée nationale, le Sénat et l’association Ensemble contre la peine de mort.

Dans une tribune conjointe publiée aujourd’hui avec Mme Khadija Rouissi, vice-présidente de la Chambre marocaine des représentants et coordinatrice du réseau des parlementaires contre la peine de mort au Maroc, et M. Raphaël Chenuil-Hazan, directeur d’Ensemble contre la peine de mort, M. Laurent Fabius rappelle le rôle essentiel que doivent jouer les parlementaires à travers le monde en faveur de l’abolition de la peine de mort.

Le ministre a en outre lancé aujourd’hui un appel à l’abolition universelle de la peine de mort, avec d’autres Etats du Conseil de l’Europe, alors que nous célébrons cette année le dixième anniversaire de l’entrée en vigueur du Protocole 13 de Convention européenne des droits de l’homme, relatif à l’abolition de la peine de mort en toutes circonstances.

Le réseau diplomatique français est mobilisé à travers le monde dans le cadre de la campagne pour l’abolition universelle de la peine de mort lancée par le ministre des affaires étrangères en octobre 2012. Nos ambassades et centres culturels organisent régulièrement des actions diverses : conférences, sensibilisation de l’opinion et des médias.

Au sein des Nations unies, la France utilise son influence pour renforcer le mouvement mondial en faveur d’un moratoire sur les exécutions. Elle soutient l’adoption des résolutions portées à New York et à Genève. Le 27 septembre dernier à New York, le ministre a présidé, avec ses homologues du Bénin, du Costa Rica et de la Mongolie, un événement sur le thème du rôle des instances régionales dans le combat en faveur de l’abolition.

La France salue enfin les efforts déterminés des défenseurs des droits de l’homme et des ONG, dont la mobilisation est indispensable dans ce combat.


3 - Déplacement de M. Pascal Canfin à Washington (10 au 12 octobre 2013)

M. Pascal Canfin, ministre délégué chargé du développement, se rendra à Washington du 10 au 12 octobre pour participer aux réunions annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

Lors de ses rencontres avec le président de la Banque mondiale, M. Jim Kim, et plusieurs hauts responsables de cette institution, M. Canfin s’entretiendra de la nouvelle stratégie de la Banque mondiale axée sur la prospérité partagée et la lutte contre l’extrême pauvreté, mais également de son rôle dans la promotion de modèles de développement soutenable ainsi que de la situation au Sahel.

La lutte contre le changement climatique sera également un des thèmes prioritaires qu’évoquera le ministre délégué avec Mme Rachel Kyte, vice-présidente du développement durable de la Banque mondiale. Il abordera également ce sujet lors de ses interventions à l’Institut Brookings et devant le Conseil de l’Organisation des États américains (O.E.A.), ainsi qu’au cours de ses entretiens avec des responsables de "think tanks" et d’entreprises.

4 - Belgique - Décès de l’ancien Premier ministre Wilfried Martens

C’est avec tristesse et émotion que nous avons appris le décès de l’ancien Premier ministre belge Wilfried Martens. La disparition de cet éminent homme d’État est une grande perte pour la Belgique et pour l’Europe.

Premier ministre du royaume de Belgique de 1979 à 1992 à la tête d’une coalition de chrétiens-démocrates et de libéraux, il a contribué à la création des Régions en même temps qu’il permettait le redressement des finances du pays.

Européen convaincu, il a fait preuve d’un engagement permanent pour la construction européenne. Ancien député européen, il était président du parti populaire européen depuis 1990, fonction à laquelle il a renoncé mardi dernier pour des raisons de santé.

Face à ce décès qui endeuille la Belgique et toute l’Europe, la France adresse ses condoléances et son soutien à la famille de M. Martens ainsi qu’au peuple belge.

5 - Libye

Q - Avez-vous évacué l’Ambassade à Tripoli après l’enlèvement du premier ministre ? Selon vos informations, que passe-t-il dans ce pays ?

R - Des agences de presse annoncent que le Premier ministre Ali Zeidan aurait été libéré. Cette information doit être confirmée. L’ambassadeur de France en Libye est en contact constant avec les autorités libyennes.

La France réaffirme son soutien aux autorités légitimes issues des élections du 7 juillet 2012.

Elle appelle l’ensemble des Libyens à se mobiliser autour du processus de transition afin de faire progresser le pays vers la mise en place d’un État de droit. Elle invite les institutions libyennes, et en premier lieu le Congrès Général National, à tout faire pour que prévalent la justice, la sécurité, et l’intérêt national libyen par-delà les intérêts partisans.

S’agissant de la sécurité des ressortissants français, des consignes de sécurité leur sont transmises de façon continue par l’Ambassade, via les « conseils aux voyageurs » du site France Diplomatie, et par le portail Ariane. Nous n’avons pas donné de consigne d’évacuation.

Dernière modification : 10/10/2013

Haut de page