Art numérique et technologie interactive au Banff Centre

Du 27 au 29 novembre 2014 se tenait au Banff Centre (Alberta) le Sommet Convergence en présence de décideurs culturels, chercheurs et artistes venus d’Australie, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de France, du Canada et du Japon. Lors des conférences, expositions et interventions artistiques, les participants ont interrogé les interactions existantes entre art et technologie

A cette occasion, le collectif français Scenocosme, formé en 2004 par Anaïs met den Ancxt et Grégory Lasserre, exposait une de ses œuvres interactives.

Installation sonore : Akousmaflore

Dans le hall d’une des salles de conférence du Banff Centre, le visiteur était invité à effleurer les feuilles et ramures de plantes suspendues. En effet, Akousmaflore est une installation interactive dans laquelle le public est invité à toucher et à caresser de vraies plantes suspendues dans l’espace. A chaque contact, les lierres, pothos ou autres essences de ce petit jardin s’expriment par des sons, chacune différemment, en fonction de l’intensité du toucher et du « nuage électrostatique » du spectateur.

Par cette installation minimale, le duo d’artistes met en scène la relation sensorielle entre la plante et le visiteur, en l’invitant à « entrer dans l’intimité de la plante ».

Cette œuvre poétique, créée en 2007, a d’ores et déjà voyagé aux quatre coins du monde.

Travail hybride

Scenocosme est un duo d’artistes qui vivent et travaillent ensemble à Lyon et à Saint-Etienne. Depuis longtemps, ils mènent une réflexion sur l’interactivité au travers notamment d’un prisme anthropologique.

Au travers de leurs créations, Scenocosme explore les hybridations possibles entre végétal et technologie numérique. Avec Akousmaflore par exemple, les plantes deviennent des capteurs naturels et vivants, sensibles aux différents flux énergétiques émis par les individus ou leur environnement immédiat. Selon une approche identique, le duo crée des œuvres interactives à partir de divers éléments naturels, tels que la pierre, le bois ou encore l’eau.

Ode à l’interactivité

« Akousmaflore est une hybridation entre nature et technologie et met en scène l’interaction du spectateur. Au travers de gestes simples, ils créent un langage. Nous avons développé des sons spécifiques à chaque plante, chacune a son comportement sonore », commente Anaïs met den Ancxt. « Ces familles de sons sont autant de manière d’interpréter le vivant. »

Pour Anaïs met den Ancxt, cette œuvre questionne la relation contemporaine avec la nature. Et pose la question récurrente aujourd’hui sur le comment la technologie va nous servir plutôt que nous asservir.

« Nous sortons de l’hyper-connexion virtuelle de tous les jours pour aborder une expérience plus sensible à la fois à la technologie et à la nature. »

Pour le spectateur présent à Banff, cette expérience aura constitué une indéniable source d’émotion et d’imaginaire.

Dernière modification : 16/01/2015

Haut de page